| Crime of Sihanouk | | | | | @
               
Amekhmer publication - Apri 17 2005 - Partners genocide, document film in Khmer - French

Thirtieth Anniversary of the beginning of genocide in Cambodia April 17 1975 !
Texte en pdf Khmer, French and English

In the name of history and the memory of the victims, this event must be recalled in all its details even it may collide or hurts the interest of some important personalities, be they statesmen or kings. Unfortunately, that has never been the case in Cambodia .

With the availability of modern technology such as the Internet, Cambodians are more able to learn about their culture, history, etc… in a more democratic, objective, and independent manner than under the traditional systems, which more often have been manipulated to serve the interest of some group of people. The Khmer people want to know and have the right to know about the historical truth of their country, in particular the political transparency of their country. Thus searching to understand and analyze the political and historical events based on independent and objective sources, and then share the information thus obtained to others, hence offering possibilities to Cambodians to denounce and demolish all historical and political falsifications in Cambodia which are the root causes of the suffering of the Khmer people.

April 17, 1975 conjured different perceptions depending on one’s interest and idea. Whereas the general opinion regards April 17 as a communist geopolitical victory in the region, the Communists and leftists viewed it as the fruit of a long and hard struggle costing many lives and consuming large amount of materials and equipments in order to mystify the truth and to spread the communist propaganda of an emancipation ideology and universal fraternity (internationalism) in order to seduce Khmer statesmen and intellectuals to link with communism. Everything was done to achieve this morbid ambition of the leftists against what they called “American imperialism.” According to the socialist revolution principles, the victory of April 17, 1975 in Cambodia was a decisive and important step towards their “Popular revolution” in Cambodia . In the following step, the so-called “Democratic revolution” in Cambodia was nothing more than the establishment of a “killing field” where no less than three million of innocent Cambodians were cruelly massacred.

Brainwashed by communist propaganda and tempted by communist Chinese and Vietnamese promises, some Khmer Rouge dared to hope that April 17, 1975 would be a new historical step which would liberate Cambodia from the capitalists and the bourgeois who had exploited and dominated Cambodia for centuries. They never thought that Chinese and Vietnamese communism would lead them and the entire country towards a certain death. Yet, the “Killing field” was only a prelude to the descent into Hell before the total disappearance of Khmer people to the benefit of the Vietnamese people.

Some Khmer Rouge leaders simply thought that they could use the Vietnamese and Chinese communists to usurp the power in place. In the foreword of his recent book “ Recent History of Cambodia and My Successive Standpoints,” Khieu Samphan declared: “When Third World countries are threatened by colonial re-conquest, the forced choice was either the submission to imperialism, or the rallying with the communist camp and dictatorship...”

While the US and French imperialist war become ever raged on, Khieu Samphan, a recognized French-trained pro-leftist intellectual, like the majority of his comrades, was transformed into French political tool against the US interest. The Khmer Rouge leaders seemed to forget the historical Khmer-Yuon lessons of the past centuries under the reign of Queen Ang Mey and under the boot of Minh Mang of Vietnam (cf. The Snakes of the Khmer Genocide by Soth Polin).

Therefore, for Vietnam and the “communist” Vietnamese, April 17, 1975 was a new step in their “ Southward march” which was started by the Nguyen dynasty in the 12 th century. The strategy of the Vietnamese expansionist policy was principally and basically based on a soft, but effective and dreadful, manoeuvre using women as bait to attract their enemy leaders. This policy is deeply marked in the flesh, blood, conscience, and subconscience of the Vietnamese people, notably among the rank of several generations of politicians such: Ming Mang, Bao Day, Ho Chi Minh, Pham Van Dong, etc… During the period of French protectorate (before the cold war), the Vietnamese communists infiltrated their “sleeping agents” almost everywhere inside Khmer territory, especially in the North-western area of Cambodia (cf. The Snakes of Khmer Genocide by Soth Polin, and For Cambodia Freedom by Dr. Baphoun). During the cold war, the Vietnamese used communism as a political tool to carry out their neo-colonial ambition on their neighbouring countries following the “Don Dien” expansionism principle. In his article titled “ The victims of today’s communism -1,” Mike Benge defined this Vietnamese expansionism and neo-colonialism strategy as follows:

“Amoeba parasites like, communist Vietnam practice, gently and slowly, neo-colonialism in Laos and Cambodia using the traditional Vietnamese method of expansionism called Don Dien, first with territory occupations by armed troops then followed by the installation their families on the recently conquered territories. The armed forces are disguised as civilians, becoming “reserved” soldiers who can be called upon at any time. The latter are then replaced by new armed troops thus progressing further Vietnamese expansionism.”

The conflict in Cambodia between 1970 to 1975, origin of a devastated tragedy for the Khmer Nation - i.e. a terrifying genocide perpetrated on the people by the pro-Chinese and pro-Vietnamese communists - was falsified and disguised as a civil war (cf. article by ex-minister Chau Xeng-Ua, “ A False Civil War”, and also his article titled “ The So-called Coup d’Etat of March 18, 1970 and another article of March 18, 1970 ”).

Was this war inevitable as Khieu Samphan claimed? War is synonymous of destruction. What obliges the politicians to choose this path is the perspective of the national interest following the war. Khmer Rouge leaders belonging to the “FUNK” (French acronym for National United Front of Kampuchea) and “GRUNK” (French acronym for Royal Government of National Union of Kampuchea) who invited the north-Vietnamese troops to come to Cambodia to kill Khmer people and to destroy Cambodia, were they aware of the devastating consequences of their acts? In fact, the north-Vietnamese troops started preparing for this possible invasion since at least the 30s when Ho Chi Minh planned his Indochinese conquest using communism as a complementary tool and mechanic. These troops were only awaiting the “green light” from one of the Khmer party to justify for legitimate launching of Cambodia invasion.

Since the 60s (even as far back as the 50s), the north-Vietnamese troops came to install on Khmer territory. Their main sanctuaries were located in the area of “Ratanakiri, Mondulkiri, Stung Treng, Svay Rieng, etc…” (cf. open letter from Prince Sisowat Sirik Matak on this subject). Bernard Hamel estimated that no less than 60,000 heavily armed north-Vietnamese troops were facing against 30,000 Cambodian troops, poorly equipped with World War I weapons or worse (see documentary film by Bernard Hamel and Som Sekkomar).

On March 28, 1969 , after allowing the settlement of north-Vietnamese troops everywhere in Cambodia , Sihanouk openly declared at a press conference : “the communists have invaded Cambodia – “I cannot hide them any more - It is time that the International community knows about it...” But one year later, Sihanouk fell deeper into the traps set by the Chinese and Vietnamese communists. At the beginning of 1970, he was plotting with his wife, his mother-in-law and his accomplices leaving for China to found the National United Front of Kampuchea (FUNK) on March 23, 1970, and later the Royal Government of National Union of Kampuchea (GRUNK -1970) (cf. March 18, 1970 a sembling First Khmer Republic Or myth of a complot ) These two structures were created with an aim of saving and reviving the Khmer Rouge movement, created and always supported by Peking and Hanoi, which was recently annihilated by the three-year sweeping operations for cleaning communist elements in Cambodia carried out by Sihanouk himself in 1967, 1968, and 1969.

After Sihanouk’s departure on January 6, 1970 , the north-Vietnamese forces seized the occasion to attack Cambodia without any war declaration or ultimatum. On March 27, 1970 , North Vietnam withdrew all its diplomatic representatives from Phnom Penh and attacked our country on March 29, 1970 .

Therefore, the notion of “civil war” in Cambodia is merely a fiction invented by the leftist clan, their subordinates, and some lobby groups in order to mislead national and international opinion on this matter. In his book titled “Cambodia of Silence,” Pierre Max noted on page 140: “But in Cambodia , the Vietnamese are also responsible. And the Khmer Rouge victory, contrary to what was said, contrary to all the lies, is a Vietnamese victory, at least until the end of 1973. We had said that in 1970 the Khmer Rouge were only a handful, the majority of them were formed in Hanoi , and all surrounded by north-Vietnamese or Vietcong elements. In April 1973, listening of ground communications in the Phnom Penh area revealed that Vietnamese was the only language used: thus, where was this ‘Khmer Rouge army?’”

However what Pierre max did not know or forgot to mention, was the fact that even if some Vietnamese elements were withdrawn in 1973 after the 1973 Paris Peace Agreement, but at the end of 1974 numerous north-Vietnamese troops returned back to Cambodia at the request of Sihanouk and Pol Pot. The massive and spontaneous return of these troops on Cambodian territory at the end of 1974 was decisive and it was also the single cause of the famous “Khmer Rouge victory on April 17, 1975 ”. Naturally, these troops were never withdrawn from Cambodia after 1975 but were transformed into Khmer Rouge in order to carry out the “Don Dien” plan. It was only a simple political strategy of Vietnamese expansionism. In June 1975, at a press conference, Vietnamese Foreign Minister, Nguyen Co Thach, openly declared to the press this presence of north-Vietnamese soldiers on Khmer territory at the end of 1974 (see documentary video):

“When Lon Nol led his Coup d’Etat against Sihanouk, they (Khmer Rouge) were in a delicate situation – they were weak. They asked the Vietnamese to come in March 1970 to help them build their army. Pol Pot followed the great Chinese Cultural revolution. Pol Pot said he would bring this revolution to Cambodia as well. Pol Pot and his army could not be ready in a few months, you know! But they were very ambitious, they said that they could hold on. We then left (Note: in fact, it was because of the 1973 Paris Peace Agreement). Thus Lon Nol took that opportunity to launch a major offensive. Pol Pot thought that he could face it. He concentrated all his forces against Lon Nol. But it was a major defeat for Pol Pot who was surrounded near the Angkor temples. They were in such bad situation that they asked the Vietnamese to come back to help them again. We thus returned and this time, we destroyed a big part of Lon Nol forces. What remained of these forces had to regroup in the cities. Since then, Lon Nol never again could launch large offensive against Pol Pot.”

It is therefore obvious that the war between 1970 and 1975, and subsequent years were Khmer-Yuon wars in which a handful of Khmer were maintained on the surface to hide the truth and to mislead national and international opinions of the false look of the “civil war or auto-genocide” - a term invented against all evidences by Jean Lacouture.

Hence, a victory obtained to the thanks to the Vietnamese. After April 17, 1975, the Vietnamese did not have any desire to let the Khmers Rouges, their creatures, have the independence of their movement or government simply because this victory was an immense victory of the “southward walk” planned by their ancestors.

After April 17, several significant operations for cleaning large cities were undertaken, in particular in Phnom Penh . The rest of untaken materials are stocked in many storages for the next plundering. In his book “Cambodia Year Zero,” François Ponchaud provided some testimonials of people who had lived this event.

You Kim Lanh, an electrician, gave this account:

“I remained in Phnom Penh for one month, to work with the Khmer Rouge. I had to search all houses and collect remaining rice, to stock drugs coming from various pharmacies. We loaded all that on boats whose crew was Vietnamese. From time to time, a fire broke out in the city, but we did not do anything to extinguish it. Sometimes, the Khmer Rouge made us demolish wooden houses, and put the beams and boards in a heap.”

Yen Savannary, a teacher who took refuge in Thailand on October 15, 1975 , indirectly confirmed the preceding account:

“From the end April, trucks made endless roundtrips on National Road No. 1 to Saigon; they transported radio sets, motorbikes, all brands of vehicles, bicycles, packed drugs, and all kind of weapons. Near Neak Loeung, about two hundred vehicles were waiting to cross the Mekong ; there were mainly Mercedes and Peugeot 404 cars. There were also three or four 105 mm artillery pieces, and three trucks loaded with drugs. It seems that the whole thing was destined to Vietnam .”

Lao Bun Thai, a 23 years old mechanic, refugee in October 1975, testified having worked until about May 15 to transport furniture, television sets, refrigerators, and other household items to throw in a large blazing inferno located about a dozen kilometers north of the capital, near to the Stung Kambot dike.

“I saw, with my own eyes, several trucks, filled to the brim with books, pass in front of the French embassy towards the north. I also saw burning on the lawn, library and church books. The library of the French School of the Far East , located a few hundred meters from the embassy underwent a similar fate on the morning of May 5... It did not contain much treasures anymore because the essential ones had been saved in France .”

All these testimonials clearly show the conquest of one country by another. The victorious country plunders the loosing one, carrying with it all it needs and destroying all that is useless or inconvenient. The cultural destruction of Khmer inheritance was nothing more than the assassination of the national, cultural, and racial identity of a Nation. It is therefore easy for the invaders or attackers to radically eliminate at the same time the people, the culture, and the identity of a nation in order to introduce the new elements.

Evidently, April 17 1975 as January 7 1979 , both are nothing than Vietnamese expansionist strategic victory. Then the terms “Nationalism- ultra nationalist - ethnic purification…” to name a group of exterminators who is founded, trained and maintained by the foreigners (Vietnamese and other by Chinese), thus half of theirs were foreigners, are purely political manipulation to mystify national and international opinion for political goal of those who control the region and their accomplices.

It is interesting to note that the operations undertaken after April 17, 1975 repeated again following the victorious second step of Vietnamese expansionist strategy in Cambodia . January 7, 1979 but their plunder took another dimension even more significant quantity than those undertaken on April 17, 1975 . All national heritage which was collected, sorted, and stored in various large warehouses throughout the country, especially in Phnom Penh since April 17 1975, were taken to Vietnam by boats, trucks, and planes - an operation strangely resembling a large scale national plundering. This shows that the step following that of April 17, 1975 was indeed that of January 7, 1979 .

All this meticulous expansionist policy cannot be the results of chance, but rather those of detailed, calculated, and planned policies well thought out by someone.

After openly occupying Cambodia in 1979, the Vietnamese placed their puppets to work for them. The various treaties that the Vietnamese was not able to conclude during the first wave of Khmer Rouge, they were successively and formally signed by the second wave of Khmer Rouge (CPP) in 1979, 1982, 1983, 1985, in addition to the application of the K5 plan, etc… It is important to stress that the treaty “of friendships and co-operations between Vietnam and Kampuchea ” was also submitted by the Vietnamese to Pol Pot for approval, however, the latter refused to the great disappointment of the Vietnamese. One can thus conclude that April 17, 1975 was a first attempt for the application of the “Don Dien” policy. If this first attempt would fail as it did, it was necessary to come up with provocations in order to achieve a second attempt (in this case, it was accomplished on January 7, 1979), and if this second attempt would still fail, it is therefore necessary to repeat the attempt again and again until achieving the final goal.

Why do the Khmer people suffer endlessly? Before the 1970-1975 war, people living along border areas were daily repressed and killed by Vietcong and north-Vietnamese troops. During the war, Khmer people joined the marquis following the call made by Sihanouk, and they witnessed the death of several thousands of their compatriots. Now, after the war, Khmer people still live today in the genocidal context of the past under the various communist regimes. These successive terrible tragedies undeniably contribute to destabilize Khmer society. The consequences of these disastrous conflicts are reflected in numerous and unending social crises. The painfully surviving Khmer people are physically, mentally, and morally handicapped. They do not dare fight for their life and their survival rights anymore. Thus, the enemies seize on the occasion to continue to mislead Khmer people, to falsify their history, thus subjecting Khmer people to eternal slave of poverty, to ignorance, and to fear. Each one of us should be aware that “national interest has priority over everything else,” and that it is a duty to spread this idea in order for the Khmer Nation to be finally freed from the unending danger that the Vietnamese expansionism constitutes.

French version

30 ème Commémoration du début du génocide au Cambodge
(17 avril 1975)

Au nom de l’histoire et de la mémoire des victimes, cet événement doit être rappelé dans ses moindres détails, même si cela peut heurter l’intérêt de certaines personnes intouchables qu’elles soient hommes d’Etat ou rois. Malheureusement cela n’a jamais été le cas au Cambodge.

Bénéficiant de la technologie moderne telle que l’Internet, les Cambodgiens pouvant accéder à la connaissance de leur culture, histoire, etc. d’une façon plus démocratique, objective et indépendante que les systèmes traditionnels qui sont souvent très manipulés et orientés pour l’intérêt de certaines. Le peuple khmer veut savoir et a le droit de savoir la vérité historique, en particulier la transparence politique de leur pays. Donc il faut chercher à comprendre et à analyser les événements politiques, historiques en s’appuyant sur des sources indépendantes et objectives puis les transmettre aux autres, et offrir des possibilités aux Cambodgiens de dénoncer et démolir tous ces mécaniques de falsification historique au Cambodge qui sont les causes de la souffrance du peuple khmer.

Cependant le 17 avril 1975 est aperçu différemment selon l’intérêt et la conception de chacun. Alors que l’opinion générale considère le 17 avril comme une victoire communiste dans la région, les communistes et les gauchistes eux pensaient que cela était le fruit d’un long travail acharné en hommes et en matériel pour mystifier la vérité, répandre la propagande communiste d’un idéal d’émancipation et de fraternité universelle (internationalisme) etc. afin de séduire les hommes d’Etat et les intellectuels khmers à se ranger avec les communistes. Tout a été fait à fin de nourrir cette ambition maladive des gauchistes contre ce qu’ils appelaient « impérialisme américain ». Selon les principes de la révolution socialiste, la victoire du 17 avril 1975 au Cambodge était pour eux une étape importante et décisive de leur « révolution populaire » au Cambodge. Dans l’étape suivante, la « révolution démocratique » au Cambodge, pas moins de trois millions d’innocents cambodgiens ont été inhumainement massacrés.

Intoxiqué par les propagandes communistes et les promesses séduisantes des communistes chinois et vietnamiens, certaines Khmers rouges osaient espérer que le 17 avril 1975 serait une nouvelle étape historique pour laquelle le Cambodge pourrait se libérer des capitalistes et des bourgeois qui exploitaient et dominaient le Cambodge depuis des siècles. Ils n’ont jamais songé que le communisme chinois vietnamiens conduisait eux et le pays tout entier à une mort certaine. Pourtant le « Killing field » n’était qu’un commencement de la descente aux enfers avant la disparition totale du peuple khmer au profit des Vietnamiens.

Quelques leaders khmers rouges songeaient simplement qu’ils pourraient utiliser les communistes chinois et vietnamiens pour usurper le pouvoir en place. Dans la préface du livre « Histoire récent du Cambodge et mes prises de position » de Khieu Samphan, on peut lire « Quand, dans les pays du Tiers-monde menacés de reconquête coloniale, le choix forcé était la soumission à l’impérialisme ou le ralliement au camp socialiste et à la dictature… »

Alors que la guerre impérialiste américano-française faisait rage, M. Khieu Samphan, reconnu comme un intellectuel pro gauchiste français, comme la plupart de ces camarades, s’est transformé en un outil politique français contre l’intérêt américain. Les leaders khmers rouges semblaient oublier les leçons de l’histoire khmero-yuon des derniers siècles dans le règne de Ang Mey (cf. Les Serpents du Génocide Khmer by Soth Polin).

Cependant, pour le Vietnam et les « rouges » vietnamiens, le 17 avril 1975 était une nouvelle étape de leur « marche vers le Sud » débutée par la dynastie de Nguyen depuis 12 è siècle. La stratégie de la politique expansionniste vietnamienne est primitivement et fondamentalement basée sur une manœuvre douce, mais aussi efficace que redoutable utilisant les femmes. Cette politique est profondément marquée dans la chair, sang, conscience et subconscience des Vietnamiens, notamment du rang des hommes politiques depuis des générations comme : Minh Mang, Bao Day, Ho Chi Minh, Pham Van Dong, etc. Pendant la période protectorat français (avant la guerre froide) les communistes vietnamiens ont infiltrés leurs « agents dormant (sleeping agents) » presque partout dans le territoire khmer, surtout dans la région Nord-ouest du Cambodge (cf. Les Serpents du Génocide Khmer by Soth Polin et For Cambodia freedom of Dr Baphoun). Durant la guerre froide les Vietnamiens ont utilisé le communisme comme mécanisme politique pour réaliser leur ambition néocoloniale sur les pays voisins selon le principe d’expansionnisme « Don Dien ». Dans son article «  Les victimes du Communisme d’aujourd’hui  », M. Mike Benge définit cettestratégie d’expansionnisme ou néocolonial vietnamienne suivant :

« Comme les parasites amibes, le Vietnam communiste pratique, doucement et lentement, le néo-colonialisme au Laos et au Cambodge par la méthode de l’expansionnisme vietnamien traditionnel, dénommé Don Dien. D’abord par l’occupation des territoires avec troupes armées, vient ensuite l’installation leurs familles sur les territoires nouvellement conquis. Les forces armées se déguisent en civils, devenant des « réservistes » mobilisables à tout moment. Ces derniers sont ensuite remplacés par de nouvelles troupes armées faisant progresser ainsi l’expansionnisme vietnamien. »

Le conflit au Cambodge de 1970 à 1975 qui est la cause d’une tragédie dévastatrice pour la Nation khmère, c'est-à-dire un terrifiant génocide contre le peuple par les communistes prochinois et provietnamiens, a été falsifiés et déguisés en guerre civile (lire un article de l’ex ministre M. Chau Xeng-Ua « une fausse guerre civile » Coup d’Etat of March 18, 1970 et un article concernant le « 18 mars 1970 »).

Est-ce que cette guerre était inévitable comme le prétend M. Khieu Samphan ? La guerre et le synonyme de la destruction qui est souvent une solution fatale. Ce qui oblige les politiciens à choisir la guerre c’est l’intérêt national après la guerre. Est-ce que les leaders khmers rouges « FUNK » et « GRUNK » qui ont invités les troupes nord-vietnamiennes à venir au Cambodge pour tuer le peuple khmer et détruire le Cambodge étaient conscients des conséquences dévastatrices de leurs actes ? En réalité les troupes nord-vietnamiennes ont commencé de préparer cette éventuelle invasion depuis au moins les année trente quand Ho Chi Minh a planifié sa conquête indochinoise en utilisant le communisme comme un mécanisme complémentaire. Ces troupes n’attendaient que le « feu vert » de l’une des parties khmères comme prétexte pour déclanchement légitime de l’invasion du Cambodge.

Depuis le décennie 60 (voire depuis les années 50), les troupes nord vietnamiennes sont venues s’installer par tout sur le territoire khmer. Leurs importants sanctuaires se trouvaient surtout dans les région Est « Ratanakiri, Mondulkiri, Stung Treng, Svay Rieng, etc. (cf. la lettre ouverte de prince Sisowat Sirik Matak à ce sujet) - Selon Bernard Hamel ; on estime à pas moins de 60 000 hommes des troupes nord-vietnamiennes fortement armées ; contre 30 000 hommes cambodgiens équipés misérablement avec des armes digne de la première guerre mondiale ou pire encore (consulter le film documentaire de Bernard Hamel et Som Sekkomar)

Le 28 mars 1969, même après avoir admis les forces nord-vietnamiennes à s’installer partout au Cambodge, Sihanouk a déclaré ouvertement dans une conférence de presse « Les communistes ont envahi le Cambodge – Je ne peux plus les cacher – Il est temps que la communauté internationale doit le savoir …». Mais une année plus tard Sihanouk est plus profondément tombé dans les pièges des communistes chinois et vietnamiens. Au début de 1970, il complotait avec sa femme et sa belle-mère, ses complices partant en Chine pour fonder le Front d’Union National du Kampuchéa (FUNK) le 23 mars 1970 et un peu plus tard le Gouvernement Royal d’Union National du Kampuchéa (GRUNK-1970) – « 18 mars 1970 ». Ces deux structures ont été créées dans le but de sauver et ranimer le mouvement des Khmers rouges, créé et toujours soutenu par Pékin et Hanoi, qui venait d’être anéanti par les trois années d’opérations de nettoyage des éléments rouges du Cambodge mené par Sihanouk lui-même en 1967, 1968 et 1969.

Après le départ de Sihanouk, le 6 janvier 1970, les forces nord-vietnamiennes ont saisi l’occasion pour agresser le Cambodge sans déclaration de guerre et sans ultimatum. Le 27 mars 1970, le Nord Vietnam a retiré tous ses représentants diplomatiques de Phnom Penh et a attaqué notre pays le 29 mars 1970.

Donc la notion de « guerre civile » au Cambodge n’est qu’une fiction inventé par la clan gauchiste, leur subordonnés et certains groupes d’intérêt afin de tromper les opinion nationale et internationale à ce sujet. Dans son livre ‘Cambodge du Silence’ Pierre Max a marqué au page 140 « Mais au Cambodge, les Vietnamiens aussi sont responsables. Et la victoire khmère rouge, contrairement à tout ce que l’on a dit, contrairement à tous les mensonges, est une victoire vietnamienne, au moins jusqu’à la fin de 1973. Nous avons dit qu’en 1970 les Khmers rouges n’étaient qu’une poignée, la plupart formés à Hanoi, et tous encadrés par des éléments nord-vietnamiens ou vietcong. En Avril 1973, l’écoute des transmissions au sol, dans la région de Phnom Penh, faisait apparaître le Vietnamien comme seule langue employée : où est donc cette ‘armée khmère rouge ?’ »

Cependant ce que Pierre Max ne savait pas ou oubliait de mentionner, c’est que, même si certains éléments vietnamiens ont été retirés en 1973 après l’accord de paix de Paris 1973, mais à la fin de l’année 1974, les troupes nord-vietnamiennes sont revenues plus nombreux au Cambodge à la demande de Sihanouk et de Pol Pot. Ce retour massif et spontané de ces troupes sur le territoire cambodgien à la fin de 1974 était décisif et, d’ailleurs, la seule cause de la fameuse « victoire khmère rouge en 17 avril 1975 ». Naturellement ces troupes n’ont jamais été retirées du Cambodge après 1975 mais se sont métamorphosées en Khmers rouges afin de pouvoir réaliser le plan « Don Dien ». Cela n’était qu’une simple stratégie politique d’expansionnisme vietnamienne. En juin 1975, dans une conférence de presse, le ministre des affaires étrangères Nguyen Co Thach a ouvertement déclaré à la presse cette présence des soldats nord-vietnamiens sur le territoire khmer à partir de fin 1974 (voir la vidéo documentaire) :

« Quand Lon Nol fit son Coup d’Etat contre Sihanouk, ils (les Khmers rouges) étaient dans une situation délicate, affaiblis. Ils ont demandé aux Vietnamiens de venir en mars 1970 pour les aider à construire leur armée. Pol Pot a suivi la grande révolution culturelle chinoise. Et Pol Pot disait alors qu’il emmènerait cette révolution au Cambodge également. Pol Pot et son armée ne pouvaient pas être prêts en quelques mois, vous savez ! Mais ils étaient très ambitieux, ils disaient qu’ils pouvaient tenir. Nous sommes donc repartis (Note : En réalité c’était à cause des accords de Paris en 1973) Donc Lon Nol a profité cette occasion pour lancer une grande offensive. Pol Pot pensait qu’il pouvait faire face. Il concentra toutes ses forces contre Lon Nol. Mais ce fut une grande défaite pour Pol Pot qui se trouva en cerclé aux alentours des temples d’Angkor. Ils étaient dans une telle situation qu’ils ont demandée aux Vietnamiens de venir les aider à nouveau. Nous sommes donc revenus et cette fois nous avons détruit une grande partie des forces de Lon Nol. Ce qu’il restait de ces forces a dû se concentrer dans les villes. Et depuis lors Lon Nol n’a plus jamais pu lancer d’autre grande offensive contre Pol Pot ».

Donc il est évident que la guerre de1970 à 1975 et les années suivantes sont des guerres khméro-yuons auxquelles on mélangea une poignée de Khmers en surface comme quelques arbres qui cachent une immense forêt politique pour tromper les opinions nationale et internationale et pour ce qu’on veut montrer comme « guerre civile ou auto génocide », un terme inventé contre toutes évidences par M. Jean Lacouture.

Une victoire obtenue grâce aux Vietnamiens. Après 17 avril 1975, les Vietnamiens n’avaient aucune volonté de laisser les Khmers rouges, leurs créatures, avoir l’indépendance de leur mouvement ou de leur gouvernement car cette victoire était une immense triomphe de la marche vers le sud de leurs ancêtres.

Après17 avril plusieurs importantes opérations de nettoyage des grandes villes ont été entreprises, en particulier à Phnom Penh. Le reste des matériels importable immédiates sont stocker dans des hangars pour être importer dès une bonne occasion se présenterait. Dans son livre « Cambodge année zéro » François PONCHAUD a relevé quelques témoignages des personnes qui ont vécu cet événement :

You Kim Lanh, électricien a raconté :

«  Je suis resté un mois à Phnom Penh, au travail avec des Khmers Rouges. Je devais fouiller toutes les maisons et ramasser le riz qui y restait, stocker les médicaments provenant des diverses pharmacies. Nous chargions tout cela dans des barques dont l’équipage était vietnamien. De temps à autre, un incendie éclatait en ville, mais nous ne faisions rien pour l’éteindre. Quelquefois, les Khmers Rouges nous faisaient démolir les maisons en bois, puis mettre les poutres et les planches en tas. »

Yen Savannary, professeur, réfugié en Thaïlande vers le 15 Octobre 1975, confirme indirectement le récit précédent :

«  A partir de la fin avril, des camions faisaient des rotations incessantes sur la nationale 1 menant à Saigon ; ils transportaient des postes radio, des motos, des cycles de toutes marques, des bicyclettes, des médicaments empaquetés et des armes de toutes catégories. Près de Neak Lœung, environ deux cents véhicules attendaient pour franchir le Mékong ; il y avait notamment des Mercedes et des Peugeot 404. Il y avait aussi trois ou quatre canons de 105 mm et trois camions de médicaments. Le tout, semble-t-il, partait pour le Vietnam . »

Lao Bun Thai, mécanicien, vingt-trois ans, réfugié en octobre 1975, affirme avoir travaillé jusque vers le 15 mai à transporter des meubles, des appareils de télévision, des frigorifiques et autres appareils ménagers pour les jeter dans un immense brasier situé à une douzaine de kilomètres au nord de la capitale, près de la digue de Stung Kambot.

«  J’ai vu, de mes propres yeux, plusieurs camions, remplis à ras bord de livres, passer devant l’ambassade de France et gagner effectivement le nord. J’ai vu également brûler sur la pelouse les volumes de la bibliothèque de la cathédrale. La bibliothèque de l’Ecole française d’Extrême-Orient, située à quelques centaines de mètres de l’ambassade a subi un sort semblable le 5 mai au matin... Elle ne renfermait plus beaucoup de trésors, car l’essentiel avait été mis en sécurité en France. »

Donc, tous ces témoignages montrent clairement la conquête d’un pays par un autre comme depuis la nuit du temps. Le pays vainqueur pille le vaincu, emporte tout ce dont il a besoin et détruit ce qui est inutile ou gênant pour lui. La destruction du patrimoine culturelle khmère était comme l’assassinat de l’identité nationale, culturelle et raciale d’une Nation. Il est donc facile pour les envahisseurs ou agresseurs de radicalement supprimer à la fois peuple, culture, identité d’un peuple pour y introduire de nouveaux éléments.

Evidemment 17 avril 1975 comme 7 Janvier 1979, tout n’est rien qu'une "victoire d'expansionnisme vietnamien". Donc les termes « nationaliste- ultra nationaliste – purification ethnique …etc.» pour un groupe d’exterminateurs du peuple khmer qui est créé, entraîné et maintenu par Pekin et Hanoi, donc la moitié d'eux était étrangère, sont purement une malheureuse manipulation politique afin de mystifier opinion nationale et internationale pour une fin politique de ceux qui contrôlent la région et leurs complices.

Il est intéressant de mentionner que les mêmes opérations que celles du 17 avril 1975 ont été reprise de nouveau après la seconde étape victorieuses de stratégique expansionniste vietnamienne au Cambodge en 7 janvier 1979, mais cette fois ci en quantité encore plus importants que celles du 17 avril. Tout le patrimoine national qui a été ramassé et stockés en catégories des les grands entrepôts à travers tout le pays, surtout à Phnom Penh depuis 17 avril 1975, on été déchargé au Vietnam en bateau, camions et avions. Une opération qui ressemble étrangement à un grand pillage national. Cela montre que l’étape suivant celle du 17 avril 1975 était le 7 janvier 1979.

Toutes ces tactiques politique d’expansionnisme minutieux ne peuvent être le fruit du hasard mais bien des stratégiques politiques bien calculées et planifiées de A à Z par des têtes bien faites.

Après avoir ouvertement occupé le Cambodge en 1979, les Vietnamiens ont placé leurs créatures pour travailler pour eux. Les différents traités que les Vietnamiens n’ont pas réussi à faire signer par la première vague de Khmers rouges ont été successivement et formellement signés par la deuxième vague de Khmers rouges (PPC) en 1979, 1982, 1983, 1985, ainsi que l’application du Plan K5, etc. Il est important de souligner que le traité « d’amitiés et de coopérations entre le Vietnam et le Kampuchéa » a été soumis par les Vietnamiens à Pol Pot mais il était refusé par ce dernier. Ce fut une grande déception de la partie vietnamienne. On peut donc conclure que le 17 avril était un essai d’application du plan « Don Dien ». Si ce premier essai était échoué, il fallait provoquer de telle sorte qu’un deuxième essai puisse naître (dans ce cas c’est le 7 janvier 1979) et si ce deuxième serait encore échoué, il fallait donc répéter la procédure jusqu’à atteindre l’objectif final.

Pourquoi le peuple khmer souffre t-il sans cesse ? Avant la guerre de 1970 à 1975, le peuple vivant dans la région frontalière a tété quotidiennement réprimé et massacré par les Vietcongs et le nord-Vietnamiens. Durant la guerre le peuple khmer a pris le marquis suivant l’appel de Sihanouk, et a vu mourir des milliers des siens. Mais après la guerre le peuple khmer vit encore aujourd’hui dans le contexte de génocide passé sous les régimes de communisme. Ces terribles tragédies successives contribuent incontestablement à déstabiliser la société khmère. Les conséquences de ces funestes conflits se répercutent dans des innombrables et interminables crises sociales. Les Khmers qui survivent péniblement sont handicapés physiques, mentaux et moraux. Ils n’osent plus se battre pour leur vie et leur droit de vivre. C’est ainsi que les ennemies saisissent l’occasion pour continuer à tromper le peuple khmer, falsifier son histoire, réduisant ainsi le peuple khmer en éternel esclavage de la pauvreté, de l’ignorance et de la peur. Chacun de nous devrait être conscient que « l’intérêt national est prioritaire » et qu’il faut répandre cette idée pour que la nation khmère puisse s’affranchir enfin du continuel péril que constitue l’expansionnisme vietnamien.

Amekhmer

* Avec spécial remerciement aux personnes ayant contribué à ce mémoire – With a special thanks to those who have contribuate to this memory.
Killing field, complots, crime against humanity, conquest wars or simple local conflits as some tried to indique. Here are some interesting opinions : Sihanouk's crime in French - in Khmer | Khmer rouge and the Vietnamese communists 1 | Khmer rouge and the Vietnamese communists 2 | 17 april 75 victory and the free pillage of Cambodian patrimony to Vietnam by the Khmer roug | Brother N°1 | K5 -2nd vaque of Angkar leu genocidal policy | Double murderous: Soviet and the Vietnamese communists | Vietnanmese leaders and crime against humanity1 | Vn and crime against humanity2 | Vn crime and the killing field | Ho Chi Minh || Update Mars 2012
 
 
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 ~ * ~ 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Copyrigth © Amekhmer. All rights reserved